Zamora > > > AaRON
twitter
contact rss

AaRON - Présentation :

Billetterie AaRON contact Contact Zamora

Biographie
Vidéo
Biography
Discographie

BIOGRAPHIE
***********************************************************************************************************************

Dans l’histoire de la musique pop, ils ne sont pas si nombreux à y être parvenus. À avoir compris qu’il fallait oser. Tenter. Parier. Qu’il fallait se réinventer pour ne pas sombrer dans une routine aussi confortable que détestable. Sans prendre trop le temps de la réflexion, on pourrait penser à The Human League qui, à la charnière des années 1970 et 1980, a troqué ses expérimentations électroniques pour façonner une electropop irrésistible. Nick Cave, lui, a abandonné le punk rock disloqué pour se métamorphoser en crooner atemporel alors que sur la dépouille de Joy Division, New Order a imaginé une disco froide et implacable, véritable machine à danser intelligemment. Se réinventer, donc. Pour certains, un défi. Pour d’autres, une nécessité. Comme une seconde nature…

Un succès foudroyant, un respect autant public que critique, une reconnaissance qui a vite dépassé le cadre de nos frontières : la logique aurait donc voulu qu’AaRON applique la même formule – des chansons faisant la part belle à l’acoustique, rehaussées de quelques variantes ici ou là – et se laisse dériver. Avant de (s’)échouer ? Peut-être. Sans doute. Mais on ne le saura jamais. Car Simon Buret et Olivier Coursier, unis par une complicité sans nulle autre pareille près d’une décennie après leur première rencontre, ont donc choisi de tout effacer. Pour mieux recommencer. Ou presque. We Cut The Night annonce la couleur dès son titre : ce troisième album est un disque nocturne, une œuvre pour noctambules – réels, imaginaires, peu importe –, qui déambulent au gré de leurs appétences. Observent, discutent, rigolent, écoutent les bruits, les conversations, et les silences aussi. Se posent – sur un banc, à un bar –, puis repartent. Sans se préoccuper de la fin du “voyage”. Alors, ces dix chansons pourraient former la bande originale fantasmée de ces flâneries. Une bande originale où l’électronique règne en maître, où des synthés vintage s’appuient sur des boites à rythmes d’un autre siècle, où des arrangements classiques flirtent avec des accents rétro-futuristes. Où se bousculent incertitudes et addiction(s), obsessions et convictions.

L’âge d’or d’une certaine idée de la pop en tête, mais le regard définitivement tourné vers l’avenir, AaRON vagabonde au gré de ses humeurs, entre autres sur “Magnetic Road”, sorte de gospel post-moderne qui prend aux tripes et dont le cœur bat au ralenti. Rythmiques hypnotiques (la chanson éponyme de l’album), ritournelles que l’on crève déjà de reprendre en chœur (le classique “Blouson Noir”, l’irrésistible “The Leftovers”) se bousculent dans un disque où, au détour d’un couplet, au détour d’un refrain, l’on croise le fantôme de Marvin Gaye et les silhouettes de Depeche Mode. Un disque où le minimalisme subjugue (“Invisible Stains”, “2 :22”, tourneboulants), où l’on découvre des comptines réservées aux adultes (l’entêtant “Ride On”, “Maybe On The Moon”, magnifié par une fausse ingénuité), où le temps se suspend (“Shades Of Blue” en guise de ballade martiale). Où l’on ferme les yeux pour mieux esquisser un, ou deux, pas de danse (“Onassis”, d’une rare élégance). Enregistré en autarcie dans le studio d’Olivier Coursier à cheval sur les années 2014 et 2015, “We Cut The Night” est ainsi un album d’atmosphères, d’histoires, de nouvelles. Un album qui lève le voile sur l’intimité avec une pudeur troublante. Qui fait briller le noir de mille feux. C’est une célébration. Une célébration qui va rendre vos nuits plus belles que vos jours.

VIDÉO
***********************************************************************************************************************

AaRON - The Leftovers

Yves Saint Laurent - Blouson Noir

AaRON - We Cut The Night Tour

AaRON - Blouson Noir

AaRON - Onassis

AaRON - Shades Of Blue : Session


BIOGRAPHY
***********************************************************************************************************************
In the history of pop music, few have managed this. This awareness that artists need to keep challenging themselves. Experiment. Take chances. Reinvent themselves, never settling into a lazy, tawdry routine. A few examples immediately spring to mind : The Human League, who at the turn of the 1980s ditched their electronic experiments in favour of a highly compelling blend of electro-pop. Nick Cave left behind his early dismantled punk rock style and turned into a timeless crooner, while on Joy Division’s mortal remains, New Order dreamed up an icy, unremitting version of disco, a thinking man’s dance machine. Yes, reinventing yourself. A challenge for some, a vital necessity for others. A second nature…

Overnight success, popular as well as critical acclaim, recognition both in France and, very soon, abroad : logic would have dictated that AaRON merely stick to the same winning formula – acoustic-oriented songs with a few variations here and there - and quietly drift away. And end up shipwrecked ? Maybe. Probably. But we’ll never know. For Simon Buret and Olivier Coursier, whose peerless kinship is intact nearly a decade after their initial meeting, decided to wipe the slate clean. Make a fresh start. More or less. We Cut The Night lays its cards on the table, beginning with its title : this third album is indeed a nighttime record, songs for night owls – real or imaginary - who like to venture wherever their instinct takes them. Observing, arguing, laughing, listening to noises, conversations, and silences too. Settling down - on a bench, in a bar -, then setting off again. Never worrying how their "journey" might end. These ten songs could form the fantasy soundtrack for these adventures. One where electronics reign supreme, vintage synths lay on top of drum machines from another century and classical arrangements are combined with retro-futuristic accents. An intermingling of uncertainties, addiction(s), obsessions and beliefs.

With the golden age of a certain idea of pop in mind, yet with their eyes clearly set on the future, AaRON explore a wide range of musical moods, as with "Magnetic Road", a gut-wrenching, postmodern gospel whose heart beats in slow motion. The album abounds with hypnotic rhythms (the title track) and tunes of unmistakable singalong quality (the classic "Blouson Noir", the irresistible "The Leftovers") while parts of a verse or a chorus may conjure up the ghost of Marvin Gaye or the figures of Depeche Mode. Other songs venture into transfixing minimalism (the impressive "Invisible Stains" and "2:22"), resemble nursery rhymes for grown-ups (the heady "Ride On", the falsely ingenuous "Maybe On The Moon"), suspend time ("Shades Of Blue", best described as a martial ballad), or make you want to close your eyes and attempt a few dance steps (the supremely elegant "Onassis"). Recorded in splendid isolation in Olivier Coursier’s studio over 2014 and 2015, We Cut The Night is an album of atmospheres, tales, short stories. This is music which lifts the veil of intimacy, but never in an intrusive way, and seems able to turn darkness into bright shining lights. It is a celebration – one which will make your nights more beautiful than your days.

DISCOGRAPHIE
***********************************************************************************************************************

contact Contact Zamora espace pro Espace pro Aaron


Facebook Site officiel
live !
Prochaines
dates

Prochaines dates AaRON