twitter
contact rss

Agenda Zoufris Maracas

26/05/2017 Festival Strasbourg Réservez !
02/06/2017 Festival les Petites Folies en Pays d'Iroise Lampaul Plouarzel. Réservez !
04/06/2017 Festival Perspectives Saarbrücken Réservez !
09/06/2017 Théâtre Antoine Vitez Ivry Sur Seine Réservez !
10/06/2017 Les Mouillotins Cuillé Réservez !
11/06/2017 Pieds dans la Vase Kervignac Réservez !
16/06/2017 La Rue des Artistes St Chamond Réservez !
24/06/2017 Festival Morsang Sur Orge Réservez !
30/06/2017 Festival les Courants Amboise Réservez !
01/07/2017 Festival des Mascarets Pont Audemer Réservez !
07/07/2017 Festival Tempora St Marcel Sur Aude Réservez !
11/07/2017 Estivases St Pierre D'oléron Réservez !
15/07/2017 Festival de la Chabriole St Michel De Chabrillanoux Réservez !
28/07/2017 Festival Rock en Marche St Martin Ste Catherine Réservez !
29/07/2017 Track'n'Art Festival Doué La Fontaine Réservez !
30/07/2017 L'Horizon fait le Mur La Laigne Réservez !
05/08/2017 Les Carrioles Les Cars Réservez !
08/08/2017 Festival Salut Riton Frontignan Réservez !
12/08/2017 Les Aériennes Brenoux Réservez !
14/08/2017 Sziget Festival Budapest Réservez !
17/08/2017 La Déferlante Barbatre Réservez !
19/08/2017 30 ans de la Confédération Paysanne Alloue Réservez !
02/09/2017 Festival Watts à Bar Bar Le Duc Réservez !
15/09/2017 Festival Toumélé Maule Réservez !
16/09/2017 Festival Effet Papillon Martignas Réservez !
07/10/2017 Festival de la Bohème Muret Réservez !
13/10/2017 L'Observatoire Cergy Réservez !
20/10/2017 Théâtre du Briançonnais Le Monétier Les Bains Réservez !
21/10/2017 Espace des Arts Le Pradet Réservez !
17/11/2017 Tour du Pays d'Aix Puy Ste Réparade Réservez !
18/11/2017 Tartine Festival Chambéry Réservez !

  Billetterie Zoufris Maracas sur
Les concerts et news  Zoufris Maracas sur votre site


ZOUFRIS MARACAS - Présentation

Billetterie Zoufris Maracas contact Contact Zamora

Acualité
Biographie
English Version
Presse
Vidéos
Discographie

ACTUALITE
***********************************************************************************************************************
Avec ce nouvel album, Chienne de vie (sortie le 2 mars 2015 - Chapter Two / Wagram) qui succède à Prison Dorée (2012) l’ivresse du voyage s’intensifie et les Zoufris Maracas s’épanouissent dans la diversité.
Sur ce nouvel album, dont ils débutent l’écrire au Mexique, ils distillent un patchwork de leurs explorations, avec des sons latinos, manouches, africains ou encore discos, avec aussi des invités tels que Winston Mc Anuff et les réunionnais Lindigo et explorent des thématiques aussi variées que les nanotechnologies, les chagrins d’amour et autres cyber-­‐pétitions.
Militant sans être moralisateur, sur scène,Zoufris Maracas cultive cette spontanéité oisive. Un exil perpétuel, surprenant, à fleur de peau.

Zoufris Maracas sera en tournée en 2017

BIOGRAPHIE
***********************************************************************************************************************

«  La médiocrité, c’est le début de l’excellence ! ». Décomplexant et vivifiant, l’adage est signé Vincent Sanchez -­‐ Vin’s -­‐ chef de file des Zoufris Maracas. Chômeur, le frigo vide et pas une thune pour les loisirs, il bricole trois rimes sur quatre accords pour lutter contre l’ennui. « Ca a commencé par une chanson à la con qui m’a fait rire : ça m’a troublé et j’ai continué. ». Son pote d’enfance, Vincent Allard -­‐ Micho -­‐ l’encourage à fredonner dès que possible. « Il me disait tout le temps que je savais chanter mais ça m’énervait parce que c’était toujours trop léger alors qu’on avait des tas de choses à dire. ». Elevé à la Renaud, friand de Brel et Brassens, l’apprenti s’élance courant 2006 et sculpte une belle dizaine de chansons, pétillantes et affûtées.
Après deux années dans les rues à faire adhérer les passants à Greenpeace, de Montpellier à Marseille en passant par Toulouse, Lyon et Nantes, Vincent Sanchez a accumulé une bonne dose d’inspiration et d’énervement. Avec sa licence d’environnement et sa maîtrise sur les ONG en poche, il diffuse ce qu’il sait sur le changement climatique ou la pollution des sols, persuadé de pouvoir encourager le badaud à la révolte. « A force d’exaspération, je finis par déclencher une chanson. Même si les paroles ne sont pas forcément revendicatives, j’aime décrire des réactions, démasquer des faux-­‐semblants, railler une réalité. », décrypte le Sétois, proposant des discours paliers sur lesquels s’appuyer. « Grâce à la musique, on réalise qu’on est nombreux à être d’accord : ça augmente notre capacité à réagir. ».
Avant de soulever des hordes dans des salles de concert, Zoufris Maracas emprunte la case métro. En 2007, les deux Vincent, Sanchez et Allard, compagnons de baby foot depuis l’âge de 15 ans, partagent un premier été de galères parisiennes. Pour avoir quelque chose à se mettre sous la dent, ils se produisent dans la rue, gagnent quelques centimes puis des dizaines et des dizaines d’euros. « Au début, on chantait comme des casseroles mais on n’avait pas le choix ! Petit à petit, on y a pris goût et on s’est amélioré. On allait tous les jours à Montmartre, ça nous permettait au moins de bouffer. » A la fin des beaux jours, ils enregistrent 8 titres chez un pote – « une petite démo à l’arrache » -­ et leur copain Youri ajoute de joyeuses trompettes à leur formule guitare-­‐voix.

Pendant l’hiver, le duo délaisse les terrasses de café et opte, comme un réflexe quotidien, pour les rames de la RATP. Il s’agit de jouer des chansons ultra-­efficaces et de faire rire les gens malgré le barnum souterrain, le tout avec une pointe de poésie. Très vite, l’organisateur d’un festival underground les repère, il s’appelle Titi. Julio, le parrain de l’événement, a lui aussi envie de défendre des Zoufris encore amateurs. « Ils avaient au moins l’audace d’y aller, même si on n’avait pas franchement la gueule de l’emploi !  », se souvient Vincent Sanchez. Dans la foulée, on leur présente François Causse, l’ancien batteur de Thiéfaine et Bashung, chez qui ils enregistrent le titre Un Gamin, « juste pour voir ce que ça pouvait donner ». A cette bande folâtre, viennent se greffer des amis d’amis : Mike à la guitare manouche, fan de Django Reinhardt, et Brice à la trompette, une pointure du conservatoire.

Après une année de travail en studio, Julio contacte les éditions Raoul Breton, célèbres pour leur prestigieux répertoire à l’ancienne, type Charles Aznavour et Yves Montand. Adeptes du contraste entre musique africaine et chanson française, les éditeurs signent avec Zoufris Maracas début 2010 avant de convaincre le label Chapter Two en juin 2011.

La professionnalisation n’a rien enlevé à la fraicheur du groupe, toujours assidu dans l’exercice de ne pas travailler, pour sans cesse créer des espaces de liberté. Chienne de vie succède au premier album Prison Dorée et l’ivresse du voyage s’intensifie. Si, plus jeunes, Vin’s et Micho ont vadrouillé en Afrique de l’Ouest avec un projet de ciné itinérant, c’est au Mexique qu’ils débutent l’écriture de ce nouvel album sur lequel est distillé aujourd’hui un patchwork de leurs explorations, avec des sons latinos, manouches, africains ou encore discos, et des thématiques aussi variées que les nanotechnologies, les chagrins d’amour et autres cyber-­‐pétitions. « Notre unité, c’est de mélanger ! On aime changer d’univers musical du début à la fin, parce que chaque musique produit une émotion différente. » souligne Vincent Sanchez. D’où deux invités de prestige Winston McAnuff sur « Nanotechnologie » et les percussions du groupe réunionnais Lindingo sur le titre « Pacifique ». «  Puisqu’ici la situation est désespérée, nous devons donner des espérances d’ailleurs... La vie s’épanouit dans la diversité. »
Sur scène, Zoufris Maracas cultive cette même spontanéité oisive. Évitant autant que possible les répétitions, les artistes boycottent la mise en scène et toute construction de personnages. « On nous découvre dans l’état dans lequel on est ce jour-­‐là : notre pire cauchemar serait de débarquer en mode automatique. On chante sur notre sphère émotionnelle, elle varie forcément selon les événements ». Zoufris Maracas, en hommage aux ouvriers algériens venus travailler dans la France des années 50, c’est un exil perpétuel, surprenant, à fleur de peau.

Site web : www.zoufrismaracas.com
Page facebook : www.facebook.com/ZoufrisMaracas

LA PRESSE EN PARLE
***********************************************************************************************************************

Aujourd’hui les Zoufris figurent une sorte de porte-voix générationnel anti système politique et capitaliste.
Philippe Brochen, Libération

Le mois dernier, Zoufris Maracas sort son deuxième album, Chienne de Vie, soit une chanson française anarcho-libertaire tissée sur une musique métissée, à la fois manouche, latino, rumba, créole et africaine.
Philippe Brochen, Libération

La chanson possède décidément de belles vertus.[...] Les Zoufris Maraca ont décidé de sublimer le réel et le quotidien par la chanson française dans un cocktail de rythmes zouk, afro brésilien, reggae ou manouche.
Didier Varrod, France Inter

Leurs chansons ont la colère des réalités et la couleur des rêves.
Didier Varrod, France Inter

Coup de soleil sur nos neurones !
L’Humanité

Sa musique a des saveurs africaines ou créole des plus agréables.
Vibrations

VIDÉOS
***********************************************************************************************************************
Clip - L’auvergnat

Clip - Je ne veux de l’amour

Live - Le Ring

Clip - Et Si Demain

Clip - Pacifique

Live - Soirée SACEM - Les 3 Baudets


Zoufris Maracas - Scène Sacem Chanson par SACEM

DISCOGRAPHIE
***********************************************************************************************************************
- 2012 : Prison Dorée (Chapter Two / Wagram) (Ecoutez sur Deezer / Spotify)
- 2015 : Chienne de Vie (Chapter Two / Wagram) (Ecoutez sur Deezer / Spotify)
- 2016 : Le Live de la Jungle (Chapter Two / Wagram) (Ecoutez sur Deezer / Spotify)

ENGLISH BIOGRAPHY
***********************************************************************************************************************
Mediocrity is the beginning of excellence ! So says Vincent Sanchez -­‐ or Vin’s -­‐, lead singer of Zoufris Maracas, in an uplifting message that instructs us to shed our inhibitions. Unemployed, with an empty fridge and not a penny to enjoy himself, he concocted three verses using four chords to stave off boredom. “It started with a rubbish song that made me laugh ; I couldn’t get it out of my head so I carried on.” His childhood friend, Vincent Allard – Micho – encouraged him to hum it once he could.
“a little demo that we just dashed off” – and their mate Youri added in some joyous trumpets to their guitar/vocals formula.
Throughout the winter, the duo shunned café terraces, opting instead for RATP trains, a habit that soon became second nature. They sang songs with clear messages that made people laugh, despite the underground hustle and bustle, and that conveyed a poetic touch. They were soon spotted by the underground festival organiser, Titi. The event’s sponsor, Julio, also wanted to get behind the still-­‐amateur Zoufris. Along the way, they were introduced to François Causse, former drummer for Thiéfaine and Bashung, with whom they recorded the track Un Gamin. This capricious band of players was then joined by some friends of friends : Mike -­‐ a fan of Django Reinhardt -­‐ on manouche guitar, and Brice -­‐ a Conservatoire student – on trumpet.
After a year spent grafting in the studio, Julio contacted music publishers Raoul Breton. Well-­‐versed in the differences between African and French music, the publishers signed Zoufris Maracas at the beginning of 2010 before winning over the Chapter Two label in June 2011.
Professionalisation has robbed none of the band’s quirkiness ; they are still equally dedicated to not working, and to opening up opportunities for freedom. Chienne de vie follows their first album, Prison Dorée, evincing their ramped-­‐up enthusiasm for the whole adventure. Whilst Vin’s and Micho roamed across West Africa in their youth with a travelling film project, it was in Mexico that they began writing this new album that now boils down to a patchwork of their explorations, with its Latino, manouche, African and even disco sounds, and themes as varied as nanotechnology, heartbreak and other hot potatoes. Coming as no surprise, then, are the contributions of two VIP guests, Winston McAnuff on “Nanotechnologie” and the percussionists from Reunion-­‐based group Lindingo on the track “Pacifique”.

On stage, Zoufris Maracas champion this same brand of idle spontaneity. Avoiding rehearsals as much as possible, the artists shun presentation, staging and any form of deliberate personality creation. “People take us as they find us : our worst nightmare would be to operate in automatic mode. We sing about our emotions, which obviously vary depending on what’s happening.” Paying tribute to Algerian workers who came to France looking for work in the 1950s, Zoufris Maracas depicts a constant exile that is both overwhelming and raw.

contact Contact Zamora espace pro Espace Pro Zoufris Maracas


Facebook Twitter Zoufris Maracas Site Web