twitter
contact rss

Bio Bal Indigène

« Bienvenue à Toulouse/You’re welcome al paìs/Bienvenue à Toulouse/You’re welcome al paradìs »… Bienvenue au Bal indigène, deuxième album des Bombes 2 Bal, la tribu toulousaine du fameux quartier Arnaud-Bernard à Toulouse.

Bombes 2 Bal, ce fut d’abord la rencontre de Lise Arbiol et Aurélie Neuville avec Claude Sicre et la décision de fonder un groupe de bal pour toutes les générations. C’est aujourd’hui un sextet : aux deux fondatrices se sont joints Magali Brunel (chant, agogos), Martine Lataste (accordéon, harmonica), Romain Magnes (percussions diverses) et depuis l’année dernière, Jérémy Couraut (basse, esclòp). Chaque membre du groupe peut donner de la voix et s’emparer d’un instrument : partage, échange, le bal se mène moins à la baguette que par le bout de l’oreille.

De l’oreille, les Bombes en ont, et en ouvrent partout où elles passent. De repas de quartier en concerts « de circonstances » (anniversaires, matches, fêtes…), de tournées en festivals, un public enthousiaste les accompagne de la voix et du geste. Mot d’ordre, mot doux : Danse avec ta grand-mère, titre du premier album sorti à l’automne 2004. Ainsi est fait : danseuses et danseurs de tous âges et tous looks virent et voltent ensemble.

Danse avec ta grand-mère a ouvert le bal à des sonorités mêlant la langue d’oc du sud-ouest de la France au forro du Nordeste brésilien. Le forro, musique de danse populaire tire dit-on son nom du « far all » que les Anglais affichaient à l’entrée des bals, au dix-neuvième siècle, quand ils participaient à la construction du chemin de fer du Pernambouc. For all, pour tous : logique pour nos Toulousains… Encore plus quand on sait que Portugais et Galiciens ont emporté au Nordeste des chansons des troubadours occitans ; chansons que les embaladores, chanteurs-improvisateurs du cru, ont adoptées et adaptées. Et voilà comment Nordestins et Toulousains s’entendent comme cousins au bal… Les Fabulous Trobadors, fameux duo de Toulousains tchatcheurs, composé de Claude Sicre et Ange B, ont souvent fait résonner cette parentèle.

Claude Sicre, qui accompagne les destinées des Bombes depuis leurs débuts, écrit la plus grande partie de leur répertoire, titres inédits ou adaptations de traditionnels. A ce deuxième album, il donne des sonorités moins nordestines, plus occitanes, pour que les Bombes poursuivent leur mission : réinventer un bal d’ici. Le bal musette, indigène auvergnat, immigré parisien, a vieilli ; le bal folk s’est étiolé. Que vive le bal indigène – l’indigène n’étant pas le bon sauvage du colon, mais le natif du pays…

Revendiquer une identité n’équivaut pas chez les Bombes à un repli frileux, on s’en doute. C’est au contraire une ouverture sur une Occitanie voyageuse, au-delà des mers mais aussi sur son vaste territoire d’antan. De cette géographie lointaine ou disparue témoignent les instruments de musique ici rassemblés. Outre la zabumba (grosse caisse), l’alfaia (gros tambour) et l’agogo (deux cloches en bois) nordestins, oyez, oyez la cabreta, cornemuse de l’Aveyron et du Cantal ; l’esclòp, violon en forme de sabot, originaire du Quercy ; le tympanon pyrénéen, tambour à cordes, et les flûtes à trois trous béarnaises, cousines du galoubet de Provence - d’où viennent aussi les palets, petites cymbales ; les trucanètas, deux côtes de b_uf qui se jouent à une ou à deux mains ; les esquilons (prononcez esquilous), grelots semblables à ceux que portent les brebis, emblématiques de la musique occitane… mais aussi bengali ; l’ektara, cordophone des Bauls, troubadours mendiants du Bengale, instrument acclimaté quartier Arnaud-Bernard depuis deux décennies ; Tusta-zo’in, ou flexatone, inventé dit-on pour accompagner les dessins animés, joués par de rares Américains et Jamaïcains, et l’Arnaud-Bernardien Claude Sicre, bien décidé à en faire un instrument à part entière…

Succulentes sonorités. Voyageuses, dans tous les sens du terme. Les instruments sont souvent choisis ici pour leur fonctionnalité : légers, mobiles, sans frontières, partout où ils sont peut s’ouvrir le bal… Ce Bal indigène, qui alterne malice et mélancolie, énergie et retenue. Un tendre éloge de la sieste et une initiation au gascon (Vau al horn). Un prenant adieu au défunt papet et l’adaptation d’un traditionnel lauragais (Aval a la ribèra), joliment balancé comme un Pont d’Avignon ou une Claire fontaine. Une invite à la ville rose, possible paradis, et un splendide orage sur la plage (Leu foèri)…

Le Bal indigène a été réalisé par Vincent Segal, avec qui les Fabulous Trobadors ont partagé il y a peu une session de l’album-anniversaire du label tôt Ou tard. Le violoncelliste signe aussi les arrangements de Bienvenue à Toulouse – « son instrument classique et mon ektara », commente Sicre, « c’est la rencontre du Capitole et du quartier Arnaud-Bernard… »

Bercail toulousain et musique du monde, harmonies citoyennes et bal ouvert à tous les voeux : indigènes de tout le pays, invitez-vous !

"Bal Indigène", sorti chez Tôt ou Tard le 14 mai 2007
"Danse avec ta grand-mère", sorti chez Tôt ou Tard en 2003.


contact Contact tournée espace pro  Accès Pro Bombes 2 Bal